dimanche 9 juin 2013

un speculoos en travers de la gorge

Le titre de ce blog n'aura jamais aussi bien porté son nom avec cette affaire "pâtissière". L'usage des guillemets s'impose puisqu'il s'agit de gâteaux secs, fabriqués de manière industrielle - d'aucuns diront "artisanale" mais moi, dès qu'une machine entre en jeu à la place des mains de l'artisan, je considère qu'il s'agit d'une industrie (agro-alimentaire) -, vendus dans, notamment, un supermarché Carrefour où les photos (qui vont suivre) ont été faites.
Je remarque, dans le rayon gâteaux secs dudit Carrefour, des éclats de Gavottes. Je me pose déjà cette question : à quoi ça sert ? Ensuite, si utilisation il y a, qu'est-ce qui m'empêche d'écraser moi-même des Gavottes avec un rouleau à pâtisserie ? La réponse, probablement, vient du fait que le fabricant des Gavottes a, lors de la fabrication par des machines, des déchets après cuisson des crêpes dentelle. Voulant rentabiliser au mieux sa production, monsieur (ou madame) Gavotte a eu la sublime idée de collecter ces déchets de crêpes et de les vendre dans un "packaging" spécial, un bocal plastique de 150 grammes.

Des paillettes de Gavottes : pour quoi faire ?
Et puis, tant qu'à faire, afin de rentabiliser encore plus les déchets, de les vendre plus cher (au kilo) que les Gavottes entières, qui coûtent 16,32 €/kg. Les déchets, eux, sont vendus 19 €/kg, soient 2,68 € de plus. Cette différence de prix s'explique, peut-être, par l'investissement qu'il a fallu faire, pour récolter les déchets de crêpes dentelle cuites, un surcoût du "packaging" par rapport à la boîte normale de Gavottes entières (quoique j'en doute, chaque Gavotte étant, normalement, emballée individuellement), etc.
Visuellement, cependant, le consommateur peut être averti : le prix des paillettes (2,85 €) est plus élevé que celui des crêpes (2,04 €), ce qui l'incitera, j'espère, à y regarder de plus près.
Du speculoos à toutes les sauces
2,68 €/kg supplémentaires pour des crêpes dentelle écrasées, vous trouvez ça cher, vous hurlez à l'abus ? Attendez de voir comment, avec son label à la con "goût de l'année" (alors qu'il suffit de rajouter de la cassonade et de la cannelle en poudre pour faire la blague), le speculoos vous la met bien profond !
Depuis plus d'un an maintenant, les rayons des grandes surfaces sont remplis de produits alimentaires au speculoos : cigarettes russes et DéliChoc de chez Delacre, glace Häagen-Dasz, l'Onctueux de Rians, pâte à tartiner Lotus, flan entremets Alsa, compote de pommes Charles & Alice, Galak de Nestlé, etc. Bientôt, vous allez voir qu'on va nous conseiller de manger le foie gras entier sur un speculoos !
Et puis, il y a le crumble, tellement meilleur avec des speculoos émiettés. Et il faut bien avouer que c'est dur d'écraser des speculoos au rouleau à pâtisserie, ça prend du temps, la ménagère a tellement autre chose à faire en seulement vingt-quatre heures dans une journée...
C'est probablement pour ça que la marque Lotus - désormais plus connue pour ses speculoos que pour le papier toilettes ou ses voitures de sport (comment cela, le PQ et les bagnoles, c'est pas eux !?) - a pensé à vous dans cette trépidante vie moderne et propose de tellement pratiques éclats de spéculoos. Rien à voir avec les déchets dont je parlais précédemment pour les Gavottes, non, non.

Lotus vous écrase ses speculoos pour 8,96 €/kg de plus : elle est pas belle la vie ?
Ces éclats de spéculoos, conditionnés dans un bocal plastique (150 g aussi) comparable à celui des paillettes de Gavottes, sont vendus 13,20 €/kg. Tandis que les speculoos format familial, entiers, sous emballage plastique se négocient à... 4,24 €/kg. Non, non, vous ne rêvez pas : quasiment 9 €/kg de plus pour des speculoos écrasés. Le fin du fin étant de mettre côte-à-côte les deux produits : les éclats, c'est (presque) 1 € moins cher que les entiers alors on va prendre des éclats, ça sera toujours ça de moins à faire pour le crumble...
Vous le sentez bien, mon gros speculoos ?

4 commentaires:

  1. Briseur de gavottes ou de spéculos, un métier d'avenir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr, si c'est fait manuellement, il faut payer correctement le (ou la) salarié(e) en charge de te les briser. Comme les épépineuses de groseilles à la plume d'oie de Bar-le-Duc (Meuse) ou autres branleuses de dindons.

      Supprimer
  2. Et comment oublier les désanusseurs de porcs ?

    RépondreSupprimer
  3. Pour votre gouverne, le pailleté Gavottes n'est pas issu des déchets!

    RépondreSupprimer